Présenté par
page

Le sous-bois de la gare

224 Beauceville - Chaudière-Appalaches, Robert-Cliche
Le lieu Une piste cyclable qui traverse la ville et la région est en cours d’aménagement. Actuellement, le secteur urbain sert essentiellement à relier deux secteurs naturels remarquables : les terres inondables et les Rapides du diable. La section urbaine de la piste passe à proximité de plusieurs services importants tels que le CPE, des écoles primaire et secondaire, une maison pour personnes âgées. Elle est tour à tour bordée par des secteurs résidentiels et industriels. Le lieu choisi est un lieu de passage privilégié pour tous : personnes à mobilité réduite, étudiants, citoyens et cyclistes. Le site privilégié dans la section urbaine du parcours est situé en bordure d’un quartier industriel. C’est un site non aménagé et peu entretenu. La nature sauvage s’y est établie avec comme résultat une jungle nordique remplie d’oiseaux et d’arbres majestueux mais où il est impossible de circuler ou de s’y arrêter. Il s’agit plus précisément d’une bande de terrain traversée par la piste cyclable qui s’étend du Nord au Sud. D’un côté (Ouest), le terrain est accidenté, la végétation a colonisé des tas de terre déchargés là. On y trouve aussi un fossé de drainage pour les eaux de surface. De l’autre, une pente légère est occupée par un boisé désordonné. On y retrouve entre autres des pommiers, des érables, du chèvrefeuille, du peuplier baumier, du frêne, des amélanchiers, des cerisiers et des saules. Bien que le site soit considérablement colonisé par le vinaigrier il est exempt de renouée du japon et de phragmite. La vision L’objectif est de donner au segment urbain de la piste cyclable, son propre caractère et son attrait propre. Nous souhaiterions qu’il puisse être un pôle d’attraction d’abord pour les citoyens mais aussi pour les cyclistes de passage. En développant ce projet en fonction des besoins de différents groupes et en s’appuyant sur leurs expertises, nous voulons qu’un fort sentiment d’appartenance et de fierté se dégage de cette réalisation commune. Nous voulons que cet aménagement imaginé dans une approche intégrée puisse influencer les futurs aménagements dans la ville et le long de la piste cyclable. Nous aimerions pouvoir créer une expérience sensorielle tout le long du parcours urbain de la piste cyclable, valorisant tour à tour la géologie, la géographie, l’histoire, la topographie des sites traversés. Nous voudrions définir des segments, avec des dominantes différentes au niveau des sens et de l’expérience. Avec une préoccupation pour l’écologie et les écosystèmes, nous souhaiterions voir l’aménagement de segments avec des jardins comestibles et des arbres et arbuste pour nourrir oiseaux et insectes. D’autres segments pourraient valoriser le patrimoine naturel et historique par l’interprétation de la géologie, la géographie et du panorama. Le projet Le segment proposé pour cette première phase est celui décrit précédemment dans lequel nous souhaiterions aménager une forêt sensorielle. L’objectif est de rendre le site propice au repos, à l’observation et à la découverte. Il s’agit donc de nettoyer et d’aménager le boisé existants qui est encombré et désordonné. Les arbres et arbustes les plus intéressants seraient sélectionnés et les autres seraient essartés. Le sol serait ensuite nivelé par endroits et amendé en vue de l’implantation de vivaces d’ombre et d’arbustes fruitiers indigènes. Nous souhaitons que les plantes ajoutées permettent des floraisons sur une grande période, qu’elles apportent de nouveaux parfums, et qu’elles puissent nourrir les oiseaux en hiver. Les résidus de débroussaillage seraient valorisés sur le site pour l’aménagement de sentier facilitant l’exploration par les plus jeunes enfants. Enfin, une aire de repos à l’ombre serait aménagée pour les usagers de la piste cyclable et les citoyens en général. Afin de valoriser le potentiel éducatif du site, nous voulons intégrer des éléments d’identification des arbres et végétaux. Par la suite seraient développés par des membres de la Société d’horticulture et d’écologie de Beauceville et du Groupe d’ornithologie Beauce-Etchemin des outils pour permettre aux visiteurs de découvrir les usages des plantes et arbres présents ainsi que les oiseaux et insectes qui les fréquentent. Les étudiants de l’école secondaire seraient aussi mis à contribution. Les retombées Le projet aura des retombées auprès de plusieurs catégories de citoyens dans notre municipalité. Le site sera un lieu d’exploration sécuritaire privilégié pour les enfants de 2 à 5 ans du CPE et des garderies à proximité qui leur permettra découvrir une diversité de plantes et d’animaux. Les enfants pourront développer des repères et apprendre à d’explorer la nature. Pour l’école, le site pourra devenir un lieu d’apprentissage in vivo pour observer la faune et la flore indigène de la région. Les élèves pourront y mettre en application les connaissances acquises dans les cours de science et de faire des expériences en nature. Pour les ainés et les citoyens, c’est un espace de repos qui invite à la relaxation et à la contemplation qui sera aménagé. Nous souhaitons que tous, par leur contribution et grâce à la campagne de mobilisation, puissent ressentir un sentiment de fierté envers ce parc, que ce soit un lieu où ils amènent marcher la visite. Pourquoi gagner Nous pensons que notre projet peut gagner parce qu’il vise la valorisation d’un secteur malaimé, d’un espace qui n’existe pas aux yeux de la communauté mais qui bénéficie pourtant d’une localisation exceptionnelle. C’est l’amorce de l’aménagement urbain aux abords de la piste cyclable dans notre municipalité. C’est un projet qui apporte des bénéfices à plusieurs groupes dans la communauté en créant un espace sans équivalent au cœur de la ville. Actuellement, il n’existe pas de site de repos ombragé, aménagé et public dans le centre-ville. C’est un projet rassembleur que plusieurs associations souhaitent appuyer. C’est un projet audacieux qui vise à créer un sous-bois riche de découvertes mais à partir d’un espace inhospitalier en travaillant principalement avec des plantes indigènes. C’est un projet phare qui pourra inspirer d’autres aménagements en harmonie avec la faune et la flore locale.
Réseau d