Aménagements urbains : comment réussir sa ruelle verte

De retour à la télé ce printemps, l’émission C’est plus qu’un jardin diffusée les jeudis à 20 h sur Unis TV pousse la quête vers l’autosuffisance encore plus loin, notamment avec des aménagements urbains, dont une ruelle montréalaise qui sera complètement transformée en îlot de verdure!

C’est sous l’œil aguerri de Marie-Andrée Asselin de l’organisme Les Urbainculteurs que ce projet de ruelle verte revêtira formes, couleurs et textures au plus grand plaisir des habitants du quartier qui prendront part à toutes les étapes du projet.

Bien végétaliser sa ruelle verte

Comme tous les projets d’aménagement, verdir une ruelle commence d’abord par une bonne reconnaissance des lieux. Dans le cas documenté dans l’émission, certaines zones de la ruelle étaient très ombragées car surplombées de grands arbres matures. Marie-Andrée Asselin s’est donc d’abord attardée aux zones pleinement ensoleillées afin d’y positionner les légumes qui ont le plus besoin de lumière pour donner leur plein potentiel (ex. tomates, aubergines, poivrons). Les autres zones ont été plantées avec des végétaux comestibles qui tolèrent la mi-ombre.

Planifier l'aménagement d'une ruelle verte

De plus, comme l’espace est très délimité dans un tel endroit, l’aménagement réfléchi par l’experte a fait toute la place à des cultures plus productives (ex. haricots, concombres, fines herbes) afin que les récoltes puissent être suffisantes pour plus d’une famille. Tout se résume donc à évaluer les caractéristiques du lieu à aménager et à planter la bonne plante au bon endroit.

Et qu’en est-il des rongeurs et autres animaux qui pourraient ravager les récoltes? Selon Marie-Andrée Asselin, il y a très peu de trucs efficaces contre ces indésirables mis à part recouvrir les sections récemment semées avec un grillage jusqu’à ce que les végétaux aient poussé. L’application de répulsifs devant être refaite à chaque fois qu’il pleut et les dispositifs qui font du bruit étant aussi dérangeants sinon plus pour le voisinage, ces moyens sont peu efficaces selon elle.

Conseils pour aménager un espace urbain

Le fait de disposer d’un espace restreint comme une ruelle ou un balcon donne parfois l’impression aux gens qu’ils ne peuvent pas jardiner ou qu’ils sont limités dans leurs choix. Marie-Andrée Asselin leur donne quelques trucs :

  • Utiliser des variétés naines (ex. tomates ou aubergines)
  • Tirer avantage de la hauteur plutôt que de la largeur (ex. faire grimper ses plants sur un treillis ou un support quelconque) – En prime, on bénéficie aussi d’un écran végétal!
  • Accrocher des végétaux sur un mur ou une structure
  • Bricoler des contenants adaptés à l’espace disponible
  • Miser sur des successions de cultures dans un même espace (ex. radis tôt au printemps suivis de tomates lorsque les risques de gel sont derrière nous)
  • Privilégier les végétaux productifs (ex. kale ou fines herbes versus brocoli)
  • Planter des variétés qui n’ont pas besoin de beaucoup de terreau et donc d’espace (ex. radis et certaines carottes)

Planifier l’aménagement d’une ruelle verte

Puisqu’ils impliquent plusieurs intervenants, les projets d’aménagement d’une ruelle verte doivent être soigneusement planifiés. Bien que les réglementations diffèrent d’une municipalité à l’autre, l’experte vous recommande ce schéma de planification :

  • Vérifier la réglementation de la municipalité/ville/arrondissement en ce qui a trait aux ruelles vertes;
  • Vérifier si un organisme régional prend en charge ce type de projet;
  • S’enquérir de l’admissibilité à un ou des programmes de subvention;
  • S’assurer de l’appui d’un maximum de citoyens riverains;
  • Distribuer les tâches pour la journée de plantation;
  • Établir un horaire rotatif pour l’entretien, l’arrosage et la récolte des végétaux;
  • Déterminer où seront rangés les équipements/structures l’hiver.

Outre une excellente mobilisation au départ et surtout lors des phases subséquentes d’entretien et d’arrosage qui peuvent facilement mettre en péril ce type de projet, Marie-Andrée Asselin note que le fait de verdir une ruelle peut parfois susciter de l’opposition de la part de certains voisins ou encore que ce lieu public soit davantage exposé au vandalisme ou au vol. Toutefois, ce sont des inconvénients qui peuvent être atténués avec une bonne acceptabilité sociale en amont du projet. Et puis le fait de cueillir ses propres légumes n’est-il pas tellement satisfaisant? C’est certainement un jeu qui en vaut largement la chandelle!

Pour en apprendre davantage sur ce projet de ruelle verte ou pour voir les épisodes de la saison 2 de C’est plus qu’un jardin, rendez-vous sur TV5Unis.

Présenté par UnisTV.

Engrais liquides pour plante de Les Sols IsabelleIlot Kubota octobre 2023Ilot Echo 2023

Rédigé par :

Annie Champagne est une collaboratrice de Du jardin dans ma vie

Annie Champagne

Communications et marketing

En savoir plus

Articles similaires

Autosuffisance alimentaire

Tendances jardinage

Autosuffisance alimentaire au Québec : deux couples tentent l’aventure

Tendre vers une plus grande autosuffisance alimentaire au Québec, c’est...
Autosuffisance alimentaire

Tendances potager

L’autosuffisance alimentaire : une aventure familiale avant tout

cultures nourricières

Tendances jardinage

Nouvelles cultures nourricières à découvrir

Diffusée sur les ondes de UnisTV, l’émission C’est plus qu’un...
Verdir sa cour

Tendances jardinage

Trucs pour verdir votre cour avec audace

Le jardinier audacieux est celui qui recherche avec enthousiasme à...
Oiseau dans un jardin nourricier en hiver tenant petit fruit rouge dans son bec

Tendances jardinage

Jardin nourricier: 8 fruitiers qui nourrissent vos oiseaux en hiver

Vous aimeriez renouer avec la nature et côtoyer une faune...
Forêt nourricière

Tendances potager

Une forêt nourricière chez soi… c’est possible !

Imaginez un lieu d’abondance dans votre propre cour, imitant la...