Bien transplanter une plante: notre guide complet pour une transplantation réussie

Lorsqu’il s’agit de transplanter une plante, certaines règles de base doivent être respectées pour éviter le choc de transplantation et assurer la réussite de son projet sans nuire à ses plantes.

Lorsqu’il s’agit de transplanter une plante, certaines règles de base doivent être respectées pour éviter le choc de transplantation et assurer la réussite de son projet sans nuire à ses plantes.

Alors, si vos plantes soient devenues trop grandes pour l’espace disponible dans la plate-bande ou bien vous désirez modifier votre aménagement en déplaçant quelques-uns de vos végétaux, n’attendez plus! Passez à l’action grâce à ces conseils de transplantation.

Avant de transplanter une plante: les règles d’or d’une bonne préparation

Afin de favoriser une transplantation réussie, assurez-vous de suivre ces quelques étapes de préparation.

Le meilleur moment pour transplanter une plante

Le meilleur moment pour déplacer ou transplanter vos plantes? À l’automne ou au printemps, car le sol est encore humide et les températures douces. Si la journée est encore nuageuse, c’est encore mieux pour éviter un choc supplémentaire dû à un soleil trop ardent. Avant de déplanter une plante, il faut également penser au cycle de floraison des végétaux concernés.

Il est préférable de transplanter en automne les plantes qui fleurissent au printemps et de déplacer au printemps celles qui fleurissent en été ou à l’automne.

La préparation du sol

Préparez adéquatement le lieu. Le sol doit absolument être humide. S’il n’a pas plu depuis plusieurs jours, sortez votre arrosoir.

Les outils nécessaires pour transplanter vos plantes

Assurez-vous d’avoir les bons outils pour une transplantation réussie, notamment: pelle-bêche, sécateur, une bâche ou une toile de jute (facultatif) et une brouette.

Une pelle à lame dentelée peut également s’avérer utile pour couper les racines pendant que l’on creuse.

Procurez-vous également compost et mycorhize.

À lire également : Comment faire du compost à la maison avec ou sans composteur?

Le bon emplacement

Avant de déplanter vos végétaux, assurez-vous de savoir où vous souhaitez les replanter. Leur nouvel emplacement devra répondre aux exigences de la plante (nombre d’heures d’ensoleillement, type de sol, espace disponible et voisinage).

Taillez les arbustes

Avant même de déplacer un arbuste, il est recommandé de tailler entre la moitié et le tiers des branches de la plante. Cela permettra une meilleure reprise car il y aura moins d’évapotranspiration et un meilleur rapport entre la partie souterraine et la partie aérienne.

À lire également:

Divisez les vivaces

Vos plantes sont parfois très larges et donc difficiles à déplacer. Avant de transplanter vos vivaces, facilitez-vous la vie et commencez par diviser la plante en plusieurs parties. Pour ce faire, effectuez une coupe nette en enfonçant la pelle bien droite dans la vivace.

Transplanter une plante: les 7 étapes d’une bonne transplantation

Une fois toutes les conditions réunies, les outils nécessaires rassemblés et que vous vous sentez prêt et en confiance, c’est le moment! Lancez-vous dans la transplantation des végétaux qui le nécessitent en suivant la marche à suivre proposée ici.

Étape 1: creusez une tranchée

À l’aide d’une pelle, commencez par creuser une tranchée tout autour de la plante (une coupe franche permet une meilleure cicatrisation des racines). Le cercle formé autour de la plante doit être plus grand que la plante elle‑même, car les racines s’étendent à cette distance.

Creusez aussi profondément que possible dans le sol pour vous assurer de prélever un maximum de racines. S’il y a des parties souterraines que vous ne pouvez pas atteindre avec la pelle, coupez-les avec le sécateur pour vraiment effectuer une coupe nette. Cette étape est importante et vous devez garder en tête de protéger au maximum les racines, car en refaire ou guérir celles qui ont été abimées est ce qui demandera le plus d’énergie à la plante transplantée.

Étape 2: lors du déplacement, prenez soin de la motte de terre et des racines

Vous pouvez l’envelopper dans une toile de jute pour garder l’humidité de la motte durant le transport et éviter que les racines ne soient exposées au soleil et à l’air.

Étape 3: faites un trou assez large

Le trou du nouvel emplacement doit être de deux fois la largeur de la motte afin que celle-ci s’adapte parfaitement au trou. Le collet (la zone entre la tige et les racines) doit être au niveau du sol.

Étape 4: placez la motte au centre du nouvel emplacement

Enduisez les côtés de la motte de mycorhize. Ensuite, comblez le trou avec la terre extraite. Si celle-ci vous paraît trop sablonneuse et pauvre, vous pouvez y mélanger un peu de compost avant de remplir le trou. Tassez la terre avec les pieds et ajoutez une belle couche de compost sur la surface du sol.

À lire également : Comment faire une analyse de sol facilement?

Étape 5: arrosez abondamment pour favoriser le contact entre la motte, les racines et la terre

Répétez l’arrosage régulièrement pendant les premières semaines. Pour retenir l’eau d’arrosage, vous pouvez former une cuvette autour du pied de la plante. Il vous suffit de créer une digue de terre d’au plus 15 cm de hauteur qui entoure la motte de racines. Quand vous arrosez, remplissez cette cuvette d’eau qui descendra dans le sol.

Étape 6: maintenez un bon niveau d’humidité

Pour maintenir une bonne humidité dans le sol, vous pouvez placer du paillis autour de la plante, en vous assurant qu’il ne touche pas le collet de la plante.

À lire également : Le paillis: à quoi ça sert et comment l’utiliser?

Étape 7: ouvrez l’œil

Vérifiez régulièrement l’évolution de votre plante après la transplantation. Observez-la et prenez-en soin!

L’anecdote de Mélanie

Lors d’une journée de travail, j’ai eu à gérer une situation assez compliquée. Lors de la transplantation d’une épinette de Norvège, nous avons creusé tout autour de la plante en conservant assez de racines pour une bonne reprise. Après avoir fait ce travail, nous avons constaté que la motte était vraiment trop grosse. Elle n’était pas déplaçable même avec l’aide de plusieurs personnes! Seule solution? L’utilisation de la machinerie. Alors une grue (oui, j’ai bien dit une grue!) est arrivée et a été utilisée pour transférer la plante de la cour arrière vers la façade. Beaucoup plus compliqué que prévu et beaucoup plus cher. La morale de cette histoire? N’attendez pas trop longtemps pour transplanter vos végétaux qui grossissent.

À lire également : Transplantation de plantes: comment éviter les problèmes

Par: Mélanie Massonnet

Ilot Botanix février 2024Ilot Kubota octobre 2023Ilot Echo 2023

Articles similaires

Transplanter un arbre

Conseils d'entretien de jardinage

Transplantation de plantes : comment éviter les problèmes

Vous avez planté un arbre récemment et vous avez l’impression...
Un homme taille un arbuste avec un cisaille dans sa cour

Conseils d'entretien de jardinage

Comment tailler les arbustes fatigués pour les raviver

Vos arbustes vieillissants ont mauvaise mine ? Votre lilas ne...
tailler les arbustes à l'automne

Conseils d'entretien de jardinage

Quand et comment tailler les arbustes à l’automne

L’automne est un moment propice pour tailler plusieurs variétés d’arbustes....
amour des arbres et bien entretenir un arbre

Conseils d'entretien de jardinage

Comment bien entretenir un arbre tout au long de sa vie?

Il serait dommage de perdre un arbre pour lequel vous...
femme entrain de tailler les arbustes

Conseils d'entretien de jardinage

Conseils pour réussir la taille de vos arbustes au printemps

Le printemps vient tout juste d’arriver que déjà l’envie soudaine...
Comment bien choisir votre paillis

Conseils d'entretien de jardinage

Comment bien choisir votre paillis ?

Le paillis est la touche finale de tout aménagement. Non...